webleads-tracker

L’apprentissage est-il aussi performant derrière les écrans ?

Sans le Covid, nous n’aurions pas autant basculé dans la formation à distance. Nous nous apercevons qu’il y a une bataille marketing où les pros du digital prônent leurs solutions et les aficionados du présentiel regrettent la formation en salle. Nous avons plus de 20 ans d’expérience dans le domaine de la formation. Prenons de la hauteur car nous vivons enfin une éclaircie de déconfinement, qui, nous l’espérons tous, durera quelles qu’elles soient les modalités pédagogiques préférées par certains.

main virtuelle qui sort de l'écran

La formation en classe virtuelle ? C’est bien !

Au moment de la pandémie, on a tous été heureux de découvrir Zoom, Classilio, BigBlueButton, Teams, Webex et les autres. On était tous chez soi, protégé en famille et on pouvait se former : Pas de déplacement, ni de contamination, que du lien social virtuel.
La Classe virtuelle s’est alors démocratisée en très peu de temps. Nous nous rappelons qu’il était parfois difficile de vendre cette modalité aux R.H et R.F car les participants avaient quelques réticences et méconnaissances de ces modalités. Aujourd’hui, tous les doutes sont dissipés !
Quelques avantages de la classe virtuelle :
9

ATAWAD”: Any Time, Any Where, Any Device.
9
9
Empreinte carbone réduite ; il faudrait tout de même mesurer le coût de l’utilisation des serveurs. Pour rappel, une requête sur Google équivaut à 14g de CO2, l’équivalent de faire chauffer son mug à café.
Interactive & humaine, augmentant la désinhibition de l’apprenant grâce à la distance. Certains participants participent plus derrière un écran, avec les quizz et les sous-classes (je travaille avec un collègue sans être observé et entendu des autres).
9
Permet de concevoir des dispositifs au plus près des attentes et du temps des clients: possibilité de faire des formations de 2h pour des managers du monde entier.
9

Enregistrement possible pour usage ultérieur ou participant absent.
9
Permet d’offrir un service de tutorat puissant. Cela fait des années que nous faisons du coaching par téléphone ou visio. Même si certains exercices sont préférables en présentiel, on peut accompagner à distance.
9

Réduction importante des frais indirects : Salle, frais de déplacements.
9
Nous avons fait intervenir des experts au cours de nos formations en classe virtuelle. Pour 30mn d’intervention, cet auteur et philosophe ne nous a même pas fait payer sa prestation, les managers ont été surpris de voir apparaître une personne connue en salle.
15

Des supports digitalisés, tout est sur son ordinateur.

Comment gagner l’écoute de ses collaborateurs dans un apprentissage virtuel ?

On ne va pas se mentir, il existe des inconvénients liés aux formations à distance sans même la comparer au présentiel.
En plus des formations, nous avons vécu toutes nos réunions en distanciel : visio, téléphone et même nos échanges personnels se sont fait avec les écrans. Nous avons eu un ras le bol du distanciel. Heureusement, cela prouve que nous sommes encore des humains. C’est ce que nous appelons « l’effet Zoom fatigue ».
Une étude menée par le professeur Jérémy Bailenson, du Virtual Human Interaction Lab à Stanford, propose quatre facteurs d’explication :
1. Trop en contact avec les écrans
2. Vous subissez l’effet miroir permanent
3. Forcé d’être immobile
4. Vous perdez petit à petit vos signaux non verbaux.

Autres désavantages :

Pour des organismes qui comme nous forment à la posture, à la communication non verbale, c’est essentiel de voir les participants de la tête au pied. Comment ils se positionnent face à un client ?

Même en utilisant toutes les astuces pédagogiques, nous avons une perte d’attention des participants que le formateur ne peut pas toujours identifier.
« En nous séparant physiquement les uns des autres, la période du confinement a souligné plus que jamais l’importance de cette capacité d’expression par le corps. Quand celui-ci est réduit à quelques pixels sur un bord de l’écran ou masqué quand le débit internet est trop faible, la communication est fortement dégradée. » dit Jean-Philippe Lachaux dans l’article Enseignement « présentiel » : un plus pour le cerveau.

Faut tout de même en parler, l’aspect technique. MERCI la Technique. Qui n’a jamais dit, "je n’ai plus de réseau" ou "ma caméra ne marche pas", pour avoir la PAIX... 🙂
Au-delà de ce mécanisme de défense humain, la technique a fait échouer quelques formations et crée une perte de temps non négligeable.

Les pédagogies en distanciel sont limitées : Quizz, classe de sous-commission, tableau blanc, partage de documents, mais il faut reconnaître que le présentiel ne permet pas certaines fonctionnalités non plus.

Et notre bon vieux présentiel…

Vous vous rappelez, l’odeur du café et les viennoiseries… en arrivant. La timidité de certains, le leader promoteur qui arrive en saluant tout le monde haut et fort et s’installant en face de vous dans la salle en U, ou en ilot, ou bien en conférence, ou encore en… (Ah oui, c’est vrai, on peut changer la disposition de la salle). Le formateur qui peut alors scanner ces participants et savoir comment il va interagir avec.

S’observer, se sentir. Nous oublions la puissance de tout l’invisible dans une formation : les odeurs, les couleurs de la salle, la tenue du formateur qui est scrutée par les 12 participants, les poignées de main, les salutations, nos auras… Certaines personnes illuminent.

Puis les accolades après les 2 jours passés ensemble, les émotions, les échanges de carte de visite, l’apéro en bas de la salle. Nous ressortons comme du théâtre avec des étoiles plein la tête.
Les forces du présentiel :
  • Les interactions avec les autres. Entendre quelqu’un qui chuchote, avoir une dynamique de groupe, une motivation collective en créant un environnement stimulant. 
  • Notre attention et notre curiosité sont plus présentes. Des pauses collectives informelles qui participent à l’apprentissage. Nous sommes stimulés par le regard des autres, par les variétés pédagogiques, par nos 5 sens.
  • Nous ressentons mieux et agissons avec notre inconscient qui ont perçu les signaux faibles beaucoup mieux qu’à travers un écran. Nous pouvons aborder l’apprentissage avec humour ou être original. 
  • Le formateur qui forme en finesse. Il ressent aussitôt la baisse de fatigue ou de tension qui saisit l’apprenant. Il observe les stratégies de groupe. Il scanne les personnalités de ses apprenants.
  • La rapidité et la variété des pédagogies que nous pouvons mettre en œuvre. Nous avons notamment les jeux de plateaux, des puzzles.
  • Des mises en situation plus fines. Le présentiel permet d’évaluer des compétences liées au savoir-être. Le formateur peut corriger, s’adapter en temps réel. 
Une expérience menée par les chercheurs Patricia K. Kuh, Feng Ming TSAO et Huei-mei Lui en 2003 nous dévoile la différence entre l’apprentissage d’une langue étrangère et le contact humain du pédagogue. Les enfants qui étaient avec le professeur ont davantage appris que ceux qui écoutaient l’enregistrement. Aurait-ce été différent si le pédagogue avait pu communiquer avec eux, même derrière un écran ? Ou l’apprentissage présentiel est-il vraiment plus bénéfique ?

Alors qui gagne ce championnat ?

Il ne s’agit pas ici de mettre en avant une modalité plutôt qu’une autre. Nous ne sommes pas pro-présentiel ou pro-classe virtuelle. Celui qui vous fera croire que le distanciel est mieux que tout le fera généralement parce qu’il n’a que cela à vendre… et inversement : certains formateurs refusent de former à distance ou critiquent le e-learning.

Ce qui importe c’est d’avoir un bon discernement par rapport à la situation de vos apprenants, au contexte de votre entreprise, au moment où vous allez former vos équipes. Arrêtons de jouer du modernisme pour du modernisme, ou d’évoquer que c’était mieux avant.

Choisissons le meilleur de chacun en fonction de la situation du client. Chez Human Aura nous appelons cela : faire preuve d’intelligence situationnelle (avec votre cerveau préfrontale).

On peut former en soft skills en classe virtuelle tout dépend de qui on forme et sur quel thème des soft-skills.

Arrêtons donc de généraliser et utilisons nos ressources pédagogiques avec intelligence. Chez Human Aura, nous utilisons les 2 modalités, nous ne fabriquons pas de e-learning mais lorsque c’est nécessaire pour un de nos clients, nous travaillons avec un partenaire. Associons-nous, restons ouvert au service de nos clients.

Les bonnes questions pour déterminer le format d’une formation.

9

Quel est le nombre de compétences que vous souhaitez développer ?
9

Où résident les participants ?
9

Quels sont vos enjeux ? vos objectifs ?
9

Quels sont les modalités habituelles de vos apprenants ?
9

Quel type de compétences souhaitez-vous transformer ?
9

Combien de temps pouvez-vous les faire sortir de leur bureau ?
9

Quels sont vos contraintes économiques et écologiques ?

conclusion

La vie est précieuse, Nietzsche nous apprend de ne pas la regretter. La recontextualisation nous invite à faire les bons choix pour ne pas vivre éternellement les mauvais choix.
Nous pouvons profiter du déconfinement pour réfléchir sur ces deux modalités d’apprentissage : dans quel contexte pouvons-nous appliquer le distanciel et le présentiel ? Testons, expérimentons. Prenons de la hauteur pour discerner.
L’essentiel est de se former tout au long de la vie en présentiel car nous en garderons de grand souvenir, ou en classe virtuelle pour varier les plaisirs.